Maëlle Pariez vs thai fighter - High kick

Le Muay thaï : la boxe thaïlandaise

Vous avez peut-être déjà entendu parlé de quelqu’un autour de vous qui pratique le muay-thaï mais qu’est-ce que c’est exactement ?

Le muay-thaï ou la boxe thaïlandaise (couramment appelée boxe thaï) est un art martial classé parmi les boxes pieds-poings.

C’est un sport de combat qui se différencie des autres disciplines par son style et ses origines ancestrales.

Tout d’abord, pour comprendre d’où vient ce sport, il est important de lire l’article sur les origines et l’histoire de la boxe thaïlandaise.

Présentation du muay-thaï :

 

 

Vous l’avez compris, le muay thaï est un sport de combat issue des arts martiaux traditionnels d’Asie du Sud-Est. Mais c’est aussi le sport national et donc le sport le plus populaire du pays, avant le football (même si la tendance évolue un peu depuis ces dernières années).

C’est une discipline professionnalisée qui permet à de nombreux acteurs d’en vivre : boxeurs, entraîneurs, managers, promoteurs, parieurs…

Le muay-thaï représente un marché très lucratif en Thaïlande.

Les boxeurs sont appelés nakmuay.

 

Différentes pratiques :

Le muay thaï vient du muay boran qui lui-même vient du Pradal serey (boxe khmère libre). Chaque région a développé un style particulier dans sa pratique du muay thaï.

On peut par exemple citer le muay chaiya qui vient du Sud et qui privilégie la réflexion pour trouver l’efficacité. C’est une boxe plutôt défensive qui privilégie les techniques de coudes et de genoux.

On peut également citer le muay lopburi qui vient du Centre et qui privilégie une gestuelle intelligente comme par exemple l’utilisation de feintes, les déplacements et les variations de trajectoire.

Il existe aussi le muay korat qui vient plutôt de l’Est et du Nord-Est et qui privilégie un travail en force.

Le muay thasao qui vient du Nord, vise plutôt à prendre de vitesse l’adversaire via des attaques variées et inattendues.

 

Technicien & puncheur :

On différencie les boxeurs techniciens des puncheurs. Les techniciens privilégient l’efficacité à travers la technique tandis que les puncheurs privilégient l’efficacité à travers la puissance.

 

Le muay-thaï en Thaïlande :

Il existe des camps d’entraînement de partout en Thaïlande. Même plusieurs à moins d’1km à la ronde, tellement ce sport est populaire. Les thaïlandais s’entrainent depuis leur plus jeune âge (dès 5-7 ans).

En Thaïlande, il y a des combats à peu près tous les jours. Les combats importants sont même retransmis à la télévision sur les chaînes nationales.

Les deux stades les plus célèbres en Thaïlande sont le Lumpinee et le Rajadamnoen. Connus dans le monde entier, ce sont des références en muay thaï, véritable révélateur du niveau mondial.

 

Stade du lumpinee

                                                                                  Stade du Lumpinee en Thaïlande

Règles :

Pour les professionnels, les combats se déroulent en cinq rounds de trois minutes avec deux minutes (ou une minute trente parfois) de pause entre chaque round. Sur les formats tournois, le combat peut se dérouler en trois rounds de trois minutes.
En Thaïlande, il n’y a pas de protection hormis le protège dent et la coquille. En France, on ajoute des coudières pour protéger les boxeurs des impacts ravageurs des coups de coude.

Ram muayLe combat est précédé du ram muay (danse rituelle) : ensemble de gestes codifiés et exécutés par les deux boxeurs. Le ram muay peut être propre à chaque camp ou chaque style de muay thaï. Certaines organisations pénalisent (d’un point) l’absence de ram muay.

mongkolLe port du mongkol est obligatoire : bande qui fait le tour de la tête pour marquer la tradition du peuple thaï et manifester le respect envers son entraîneur. Une musique traditionnelle accompagne chacun des rounds. Les coups autorisés sont les suivants, coups de : poing, pied, coude, genou, combat rapproché (appelé le corps à corps) et projections au sol. Les coups de pieds s’apparentent plus à des coups de tibia. Le middle-kick est un des coups de pieds les plus populaires.

Pratiquants de muay-thaï :

De nombreux boxeurs ont marqué l’histoire. Ce n’est pas possible de tous les citer sinon il faudrait un article entièrement consacré à cela. Néanmoins, voici quelques combattants mythiques dans le monde du muay thaï.

Combattants mythiques des années 1960-1980

Khaosai Galaxy
Dieselnoi Chor Thanasukarn
Apidej sit hrun
Pud pad noi

Combattants mythiques des années 1980-1990

Roger Paschy
Samart Payakaroom
Krongsak
Ramon Dekkers
Joe Prestia
Jean-Marie merchet
Lamkhong

Combattants mythiques des années 1990-2005

Saenchai
Dany Bill
Dida Diafat
Guillaume Kerner
Aurélien Duarte
Fabrice Payen
Buakaw
Jean-Charles Skarbowsky
Farid Villaume
Sam Berrandou

Combattants mythiques de ces dernières années

Yodsanklai
Sittichai
Damien Alamos
Fabio Pinca
Jimmy Viennot
Anissa Meksen

 

Vidéos :

 

Highlight du thaïlandais Saenchai :

 

 

 Combat de Fabio Pinca contre Bobo Sacko en 2015 :

 

 

 La boxe thaï est adaptée pour les hommes et pour les femmes… la preuve en image :

 

Combat de haut niveau :

 

La boxe thaï à un niveau professionnel nécessitent des entraînements rigoureux et une hygiène de vie irréprochable. Si vous souhaitez en savoir plus sur le quotidien des boxeurs, n’hésitez pas à lire mon livre « Ma vie de boxeuse » qui balaye tous ces sujets.

Il est également nécessaire de faire preuve de capacités mentales marquées par la détermination, la volonté et le courage. C’est ce qu’on appelle « avoir du cœur ». Aussi, il faut pouvoir rester lucide au maximum de façon à définir une stratégie adaptée tout au long du combat, être à l’écoute des conseils de son coin et de prendre des décisions en quelques millisecondes.

La boxe thaï est populaire et pratiqué à un niveau professionnel en Thaïlande mais sa popularité est moins évidente dans les autres pays, notamment en Europe où il est plus difficile d’en vivre.

 

Développement & image de la boxe thaï :

La boxe thaï est un sport très complet par la variété des techniques et des coups autorisés mais elle est jugée violente par beaucoup. Notamment à cause des risques physiques liés à l’utilisation des genoux et des coudes. Bien que je ne sois pas d’accord avec cela, il faut admettre que d’autres disciplines pieds-poings sont considérées comme moins contraignantes par exemple parce qu’il n’y a pas de corps à corps, de coups de coudes ou de coups de genoux.

Bien qu’il y en ait de plus en plus, il n’y a peut-être que 50 000 licenciés en boxe thaï en France sur 66 millions de français. Son image est peut être un frein à son développement en dehors de son pays d’origine.

Il y a trop de personnes qui cataloguent la boxe thaï comme un sport de voyou et de banlieusard. Pourtant, ce n’est pas mérité, tous les coups ne sont pas permis et sa pratique n’est pas donné à tout le monde. Pour être boxeur, il faut savoir faire preuve de contrôle, d’assiduité et de volonté. Et le maître, l’entraîneur, a un rôle capital dans la formation et l’enseignement du muay-thaï.

Pour moi, tout le monde peut apprendre à faire de la boxe mais tout le monde ne peut pas être boxeur comme tout le monde ne peut pas monter sur le ring.

 

Conclusion :

Pour en savoir plus : je vous décris dans cet article 12 bonnes raisons de se mettre à la boxe.

Le partage du savoir étant l’objectif de mon blog, si vous souhaitez apporter des modifications à cet article ou commenter d’une quelconque façon, n’hésitez surtout pas parce que votre contribution est la bienvenue 🙂

 

Vous aimerez peut-être :

Pourquoi j’ai écrit un livre sur la boxe 12 bonnes raisons de faire de la boxe
Livre ma vie de boxeuse 12 bonnes raisons de faire de la boxe

Enregistrer

Une réflexion au sujet de « Le Muay thaï : la boxe thaïlandaise »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

huit + quatorze =